Les métamorphoses homme-animal

Dans le cadre d’une séquence sur les transformations d’hommes en animaux, les latinistes de seconde ont fait des recherches et élaboré un diaporama présentant un exemple de ce type de métamorphose dans une œuvre d’art postérieure à l’Antiquité. Voici quelques uns de leurs travaux. Vous pouvez ouvrir les diaporamas en cliquant sur les liens ou les feuilleter.

transformation Rejane et Adèle

métamorphose Emma et Luce

MétamorphosefableLucie

La belle et la bête Pierre

Scansion des vers de trois poèmes de Catulle

Lors d’une séquence sur la poésie amoureuse à Rome, nous avons appris à scander un vers latin, ce qui consiste à le décomposer en pieds (appelés aussi mètres) car c’est la métrique qui permet de donner les règles de scansion. La longueur des voyelles est déterminée par la prosodie.

Il existe différents types de pieds, comme par exemple :

  • le dactyle composé d’une syllabe longue suivie de deux brèves (noté – u u) ;
  • le spondée composé de deux syllabes longues (noté  – –) ;
  • le trochée composé d’une syllabe longue suivie d’une brève (noté – u).

Ces différents types de pieds nous indiquent donc qu’en latin, une syllabe peut être longue (indiquée par le signe -) ou brève (indiquée par le signe u) .

Nous avons scandé les vers de trois poèmes de Catulle, en latin, intitulés « Ad Cornelium », « Fletus passeris Lesbiae » et « Luctus in morte passeris ». Le type de vers utilisé par Catulle dans ces trois poèmes est un hendécasyllabe phalécien, c’est-à-dire un vers de onze pieds comportant un spondée, un dactyle, et trois trochées:
– –/-uu/-u/-u/-u.

Vous découvrirez ci-dessous nos interprétations de ces poèmes, Nous avons fait un montage de toutes nos voix afin de pouvoir écouter toutes nos interprétations.
Bonne écoute!

Florine

Comment écrire une lettre à la manière d’Ovide ?

Afin d’écrire une lettre à la manière d’Ovide, il nous a fallu tout d’abord lire quelques unes de ses lettres, de façon à analyser ses méthodes d’écriture. Ensuite nous devions tenter d’utiliser le même vocabulaire que lui et commencer par rédiger quelques phrases qui pouvaient nous aider à structurer notre lettre. Il ne nous restait plus qu’à rédiger entièrement notre épître et en voici le résultat :

Théo